mardi 9 décembre 2014

Voyage au pays des GSP+


Durant le premier semestre de l'année 2013, les importations européennes de vélos ont chuté de 11 %. Tous les principaux pays exportateurs habituels sont concernés par cette baisse ; tous sauf le Cambodge qui poursuit sa progression.

#Bike.eu nous explique que cinq fabricants taïwanais ont déjà délocalisés là-bas leur production afin de bénéficier de coûts du travail avantageux (par exemple Cronus Sports Science & Technology Co. Ltd le n°4 Taïwanais...)
#Bike.eu explique que le Cambodge attire de plus en plus de fabricants. Les marques délocalisent-elles seulement pour avoir les meilleurs coûts (refrain connu) ?

A bien y regarder, le coût du travail n'est pas la seule motivation. Il existe entre le Cambodge et l'UE des accord commerciaux et ces accords commerciaux sont différents de ceux qui existent entre Taïwan et l'Europe. Ce sont ces accords qui expliquent la montée en puissance de la production "made in Cambodge".

Ces accords font partie d'un «système généralisé de préférences tarifaires» (Generalised Scheme of Preferences GSP, à retenir) dans le cadre duquel les pays industrialisés accordent des facilités commerciales à certains pays en voie de développement classés selon certains statuts. Ce système date de 1968 et a été créé par la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED). Ces préférences commerciales on l'aura compris se concrétisent sous forme de droits de douane plus bas pour les produits en provenance des pays plus pauvres, le but étant de contribuer à leur développement économique. Cela peut aller jusqu'à la suspension totale des droits de douanes avec le statut GSP+ accordé à certains pays ! 
Vous avez bien lu, c'est du duty free pour ces pays ! 
 
La Cambodge est GSP+, le Bangladesh est entré dans ce régime en 2012, le Pakistan en 2014. Les Philippines sont susceptibles d'obtenir ce statut GSP + en 2015.


Ce statut éclaire les stratégies des multinationales qui visent des pays GSP+ comme le Cambodge et inspirent deux réflexions :
-Comment les entreprises réagissent à la fin du régime GSP+, vont elles trouver ailleurs un régime plus favorable à leurs exportations ? Est ce que ce n'est pas ce qui se passe en ce moment en faveur du Cambodge ?
-Y a 'il un plafond dans les tarifs des vélos ? La réalité est que pour le moment un vélo cambodgien* importé en Europe est exempt de droits de douanes (qui se montent à 14% selon Bike.eu). Faites le calcul sur votre vélo par exemple comme s'il était made in Cambodge. 
*voir l'article précédent du blog sur la nationalité économique des vélos.

Nous comprenons que les entreprises sont véritablement à l’affût de ces changements réglementaires (et elles doivent l'être). Construire un vélo devient un équilibre entre les capacités techniques d'un pays et la sécurité réglementaire de ce pays. Une entreprise va y regarder à deux fois avant de choisir pour ses nouvelles usines, un pays qui risque de perdre son régime GSP+.
Au vu de l'évolution de la réglementation, il pourrait y avoir une grande redistribution des lieux de production et nous pourrions voir émerger de nouveaux acteurs comme le Bangladesh, le Pakistan... pourquoi pas ?
Bientôt des Specialized, Cannondale ou .... made in Pakistan ?

J'attend vos réactions, à vos claviers :-)

Les sources de ce post sont ici :


Les constructeurs peuvent être amenés à solliciter les services d'une entreprises spécialisée en Ingénierie en Commerce International.

Pour une définition du made in c'est le post précédent de ce blog.